Un peu avant la fortune

Publié le par La fée Paradis

Auteurs : Jean-Claude Denis (Scénario), Phillipe Dupuy et Charles Berberian (Dessin), Ruby (Coleur)
Dupuis, janvier 2008





Quatrième de couverture


Etienne, détective privé de travail et d'amour, gagne le gros lot du loto. Mais entre posséder un ticket gagnant au fond de sa poche et déposer le véritable magot sur son compte en banque, se situe un espace temporel où la chance peut encore jouer les girouettes.

Par exemple, si Etienne se rend dans une soirée et ingurgite trop d'alcool au point que ses amis lui interdisent de reprendre sa voiture, au point qu'il se trompe de ligne de RER, au point qu'il s'embrouille avec des punks qui lui volent son portefeuille...

C'est le principe de l'avalanche : la boule de neige qui devient de plus en plus grosse. Mais l'avalanche ne connaît qu'une seule manière de s'arrêter : la chute au fond du ravin. Ainsi, en quelques jours, en quelques heures, Etienne, le millionnaire virtuel va peut-être voir sa vie basculer plusieurs fois.


Présentation de l'éditeur

Jean-Claude Denis signe un scénario où les affres de l'amour et l'effroi de l'existence sont sous-tendus par un suspense des plus prosaïques : Etienne va-t-il devenir millionnaire ?

Avec cette histoire romanesque, Dupuy et Berberian réalisent l'un de leurs chefs d'oeuvre graphique.

Ainsi, cet album marque la rencontre magistrale entre trois acteurs majeurs de la bande dessinée contemporaine.


Que dire de plus ?


L'histoire se passe à Toulouse, ce qui est assez rare dans une BD mais que j'apprécie beaucoup (J'avais aimé le Singe et la Dame Blanche et le Singe et la sirène de Nicolas Dumontheuil dont les histoires se passent à Bordeaux, quartier Bacalan, que je connaissais bien lorsque j'étais étudiante là-bas ... D'ailleurs je vais les relire !). Donc, ça se passe à Toulouse, pas dans l'hyper centre, et sur le tracé de la ligne A du VAL (vers Saint-Cyprien / Arènes?). Sauf lorsqu'Etienne se trompe de et se retrouve à Balma-Gramont ou qu'il tombe dans le Canal du Midi en voiture.

Les dessins sont effectivement très accrocheurs et le scénario bien rythmé et bien ficelé. On assiste impuissants à la loi des séries qui semble s'abattre implacablement sur ce pauvre Etienne, et on s'ennerve (enfin moi) de sa mollesse face aux évènements.

Ces évènements nous permettent d'ailleurs de suivre deux couples : le couple installé avec enfant du meilleur ami d'Etienne et le sien plus ou moins bancal  (plutôt plus au début et moins à la fin) avec Laétitia. On rencontre aussi des personnages secondaires mais pas moins attachants et traités en finesse.

Attention, retournement de situation à la fin pour une bien bonne BD !

Publié dans BD

Commenter cet article