Sex in America, de Jay Marylin Lewis

Publié le par La fée Paradis

sex-in-America.jpg

 

 

C'est dans le cadre d'une opération Masse Critique que j'ai reçu ce livre et je remercie Babelio et la maison d'édition pour cette initiative.


Je ne suis pas une spécialiste de littérature érotique et ces deux nouvelles étaient l'occasion de découvrir le genre. J'ai cependant été un peu déçue par le manque de finesse et les ficelles grossières et misogynes employées par l'auteur dans ces deux scénarios.


Même dans les années 20 et 50 aux Etats-Unis, l'érotisme et les désirs et plaisirs tant masculins que féminins allaient peut-être au delà des de la prostitution à la chaîne (première nouvelle) et des viols collectifs punitifs chez les mafieux (seconde nouvelle).
Le résultats apparait donc réducteur et carrément misogyne, malgré la découverte du respect de l'intégrité morale et physique de la femme aimée (comme si seul l'amour justifiait un tel respect envers une femme) et la découverte des rapports buccaux-génitaux et du clitoris (par un homme "formé" par sa mère durant sa jeunesse). La seule "consolation" c'est que visiblement, entre eux, les hommes ne se respectaient pas plus au qu'au delà des discriminations de genres, les ségrégations sociales et "raciales" étaient également très marquées. Ces composantes sont très présentes dans la première nouvelle.


C'est peut-être l'effet recherché par l'auteur (peinture au vitriol des pratiques érotiques misogynes considérées comme légitimes par les hommes et les femmes dans les années 20 et 50 comme révélateur de discriminations socialement très ancrées et d'une société fondamentalement inégalitaire), mais comme ça n'apparait pas clairement, le doute est permis.


Le vocabulaire employés et les situations décrites ne sont pas des plus excitants pour le lecteur.
A lire comme une critique sociologique ou comme un guide de ce qui excite le parfait misogyne à fuir à toutes jambes le plus loin possible. 

Publié dans Livres

Commenter cet article