MAUS d'Art Spiegelman

Publié le par La fée Paradis

 

 

MAUS.jpg

 

Je ne me souvenais pas de la portée humaniste de ces BD lues une première fois il y a longtemps. Art Spiegelman a travaillé dessus pendant des années : il s'agit de la mise en forme des souvenirs de son père, rescapé d'Auschwitz, et des siens, enfant né en 1948 de deux rescapés dont la mère s'est suicidé et qui a grandit dans le souvenir d'une famille et d'un frère exterminés en Pologne avant sa naissance (psychologiquement c'est plutôt lourd à porter).

Cette mise en forme est originale et très bien trouvée : les juifs (et les gentils) sont des souris et les nazis (et les méchants) sont des chats (mais pas des mignons chatons, des gros matous cruels). Belle métaphore pour illustrer la lutte pour la survie d'un polonais juif de 1939 à 1945, en tant que prisonnier de guerre puis dans les ghettos, et enfin dans les camps de concentration.

Maus3.jpg

 Malgré le thème, pas de pathos, de larmes et de sensiblerie dans cette BD. Le scénario alterne les dessins du passé (souvenirs du père avec des conversations et une voix off pour décrire les situations) et ceux du présent (souvenirs du fils qui se sent oppressé et culbabilisé par son père;  malgré l'affection qu'ils ont l'un pour l'autre, les deux ne se comprennent pas).

Le présent montre Vladeck, le père, comme un vieil homme normal : geignard, radin, raciste et intolérant (si,si) qui se dispute sans arrêt pour des détails sans importance avec sa deuxième femme, rescapée elle aussi. Et c'est, à mon sens, cet apect qui donne encore plus de portée humaniste à la BD. Les êtres humains sont bourrés de défaut et ne tirent pas de leçons du passé (même de leur propre expériences), pourtant, l'horreur du génocide et des entreprises de deshumanisation est intolérable.

On voit aussi comment des gens "normaux", bon pères de familles, bons employés et bons voisins ont pu se compromettre dans l'inhumanité, par des petits gestes et des petites actions qui semblent banales et sans gravité.

 La lecture de Maus ne laisse pas indemne, surtout en période d'exacerbation d'idées sécuritaires dangereuses et de stigmatisation des minorités. Attention, Messieurs Sarkozy, Hortefeux et Guéand, il est des spectres qu'il vaut mieux ne pas trop agiter, il s'agitent déjà assez bien comme ça, tous seuls, au quotidien.

 

Notes 

 

1- Mon père saigne : 18,5 /20

2- Et c'est là que mes ennuis ont commencé : 18/20

Publié dans BD

Commenter cet article

Vance 14/08/2010 11:16



Entièrement d'accord avec toi, c'est une bande dessinée intelligente et profonde, sachant manier le sentiment sans sombrer dans la sensiblerie. Je l'ai découverte pendant un stage d'Histoire et
j'ai été ébloui.



La fée Paradis 15/08/2010 15:42



L'auteur a abordé une période difficile de l'histoire, une période chargée de sens et très personnelle pour lui. Et il a réussi le tour de force de rendre son histoire universelle et de ne pas
tomber dans les clichés de la vengeance et de la sensiblerie. Un chef d'oeuvre.



Yaneck 14/08/2010 09:13



Je viens de lire un album qui n'est pasl oin d'être aussi puissant que celui-ci. Gaza 1956, de joe Sacco, chez Futuropolis. Ca parle des massacres israéliens sur les populations de la bande de
gaza. C'est très fort, moins distancié que Maus, et pour tout dire, j'ai pas réussi à le finir tellement les évènements décrits m'ont écoeuré. Mais au vu de ton orientation politique (du moins,
ce que j'en perçois dans tes articles), ça ne devrait pas te déplaire non plus.



La fée Paradis 15/08/2010 15:31



J'ai lu certains de ses ouvrages il y a quelques années, lorsque j'ai commencé à m'intéresser à la BD, ça se passait en Bosnie et en Palestine, il se mettait en scène auprès des réfugiés et des
oppressés, des récits et des dessins très forts. J'irai emprunter son dernier opus, je l'ai apperçu à la médiathèque aussi. Merci du conseil!



Nelfe 13/08/2010 19:32



Je suis bien d'accord avec toi! Je ne sais pas si tu avais lu mon article sur cette BD: http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2010/05/01/17750116.html


C'était la 1ere fois que je le lisais et j'ai été très touchée. Comme tu le dis, pas de pathos et c'est très appréciable. Cette lecture ne laisse pas indemne, cette période de
l'histoire est encore très proche de nous et cette approche "animal" permet de montrer certaines choses, certains sentiments, qui auraient été insoutenable avec des personnages
"humains".


Cette BD est un incoutournable et  tout le monde devrait la lire!



La fée Paradis 15/08/2010 15:53



J'avais vu ton commentaire, ainsi que le bon classement de cette BD dans le top BD de Yanneck, c'est ce qui m'a donné envie de la relire. C'est effectivement un grand classique qui urait une
utilité sociale. A inscrire dans les programmes de l'éducaton nationale partout, et je suis sûre que ça plairait aux gamins et aux profs !