Les Chemins de la Liberté, de Peter Weir

Publié le par La fée Paradis

Les-chemins-de-la-liberte.jpg

 

 

Le Méliès a dit

 

Peter Weir, en Australie d'abord (Pique-Nique à Hanging Rock, 1975) et aux Etats-Unis ensuite (Witness, 1985 ; Le Cercle des Poètes Disparus, 1989 ; The Truman Show, 1998) poursuit depuis trente ans une oeuvre de grand auteur populaire et nous revient ici, pour notre plus grand plaisir, avec une fresque épique dans la meilleure tradition du genre.

Basé sur des faits réels (en 1940, l'évasion de six prisonniers du goulag faisant à pieds 10000 km à travers la Sibérie, la Mongolie, le Tibet et l'Himalaya pour rejoindre l'Inde), les Chemins de la Liberté reprend un thème cher au cinéma d'aventures : des individus réunit par des circonstances exceptionnelles se révèlent à la faveur d'un drame qui les unit.

 

Peter Weir y ajoute des paysages grandioses, son goût de l'énigmatique et même du fantastique qui lui ont permis de détourner les codes trop balisés du cinéma à grand spectacle.

  

 

Les-chemins-de-la-liberte-2.jpg

 

 

 

 

 

Que dire de plus ?

 

 

La BO, les paysages et la mise en scène sont très bien, l'aventure et le dépassement de soi sont au rendez-vous, mais j'avoue avoir été déçue par ce film dont j'attendais beaucoup. Le scénario et la caractérisation des personnages sont un peu légers et/ou un peu too much.

  

Les-chemins-de-la-liberte-1.jpg

 

 

Ce n'est pas pour défendre le stalinisme, mais j'ai trouvé la mécanique totalitaire un peu caricaturale (déposition sous la torture et camp en Sibérie). La profondeur des personnages et leur complexité y perd. Si bien qu'on ne perçoit que très légèrement la rencontre des futurs évadés et la génèse de l'aventure, sauf en ce qui concerne le personnage de Valka, seul "droit commun" de l'évasion, Mister Smith le vieil américain et Janusz le leader. Tout va très vite et j'ai eu du mal, presque jusqu'à la fin du film, à distinguer entre eux les évadés "secondaires".

Je ne sais pas si l'histoire est vraiment vraie, mais je l'ai trouvée un peu exagérée : traverser la Sibérie jusqu'au lac Baïkal sans se faire reprendre et sans mourir de faim c'était déjà pas mal, le désert c'était presque plausible, mais l'Himalaya, là c'était un peu trop. Et pour moi le film était déjà terminé. Et ce n'est pas l'épilogue sommaire et mielleux qui l'a sauvé.

Steeve Mc Queen, dans la Grande Evasion, avait mieux arrangé son coup.

 

Les-chemins-de-la-liberte-3.jpg

 

Les-chemins-de-la-liberte-5.jpg

 

Les-chemins-de-la-liberte-4.jpg

 

 

Malgré ces quelques défaut, le film se laissait quand même regarder et j'ai souvent était captivée. C'est du grand spectacle pas mal, parfait pour un dimanche soir.

 

Ma note : 3,5/5

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lorem Ipsum 22/05/2013 20:33


Au fait, ça sert à quoi un blog ?

La fée Paradis 23/05/2013 10:28



that is the question ...



Clovis Simard 11/10/2012 23:39


Voir mon Blog(fermaton.over-blog.com)No.9- THÉORÈME SARTRE. - Pseudo Liberté ?

La fée Paradis 03/01/2013 13:24



j'irai y faire un tour



tinalakiller 07/02/2011 17:07



j'ai adoré ce film !



Nelfe 07/02/2011 12:47



J'ai bien envie d'aller le voir quand même ce film. Ne serait ce que pour les paysages, la Mongolie notamment (c'est ma nouvelle lubie voyage et j'organise plus ou moins quelque chose de ce côté
là ^^).


Samedi, on a été voir "Le discours d'un roi". Sublime. On en parle bientôt. Je te le conseille!



La fée Paradis 07/02/2011 13:43



C'est clair que ça donne envie de faire un tour en Mongolie et au Tibet ce film là ! Pour Le Discours d'un Roi, on avait prévu d'y aller dans la semaine, je suis sûre qu'il nous plaira aussi. Il
y a tellement de bonnes sorties en ce moment que je ne sais plus où donner de la tête.