Le tri sélectif des ordures

Publié le par La fée Paradis

tri-selectif-des-ordures.jpg

 

De Sébastien Gendron

Editeur : Bernard Pascuito, collection Litterature Française

Mai 2008

 

 Résumé qui tourne sur le net (Evene, l'actualité du livre) :

 

Après plusieurs années passées comme tueur à gages au service d’une famille niçoise, Dick Lapelouse a décidé de se ranger des voitures. Avec le petit pécule et l’expérience qu’il a acquis, il décide de monter sa propre affaire : un discount.


Volontiers humaniste, Dick Lapelouse pense que tout un chacun doit pouvoir accéder aux services d’un tueur à gages. Partant du principe qu’on finit toujours par devenir le connard de quelqu’un, il prend le pari de l’offre et de la demande et ouvre boutique à Bordeaux. À coûts réduits, il propose un catalogue complet de ses capacités d’éradication au chaland menacé par divers emmerdements : huissier, voisin, délateur, corbeau, mari violent, maîtresse indélicate…


Ça marche. Mais comme avec toutes les bonnes intentions, arrive immanquablement le temps où l’on se fait récupérer.

 

Que dire de plus ?

 

Avouez que le titre et la couverture de ce bouquin percutent ! Et c'est ce qui m'a attiré l'oeil. Mais je le dis de suite, ce n'est pas un thriller fantastique et complexe comme j'en lis habituellement genre Millenium (Les hommes qui n'aiment pas les femmes - Millenium 1 , La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette , La reine dans le palais des courants d'air - Millenium 3 ), Grangé (Le serment des limbes ) ou Fred Vargas ( Dans les bois éternels ), ni un polar socio-politico-historique comme ceux de Thierry Jonquet (Les orpailleurs ).

 

Celui là fait plutôt dans le cynisme (une PME de tueur à gage hard discount financée par un crédit bancaire avec numéro SIRET, il y a de la demande et il fallait y penser), l'humour noir (Dick a beaucoup d'autodérision et ne décrit pas de manière triste ceux qu'il rencontre, à commencer par son voisin psychiatre et son conseiller financier) et le gore (le découpage d'un cadavre et son broyage en sanisette et mixeur vaut le détour) (je vous rassure, comme c'est tourné en dérision on ne se rend compte qu'après de l'horreur de la scène et elle est déjà loin dans l'esprit du lecteur).

 

Je l'ai lu durant le trajet pour les Vosges et une fois sur place. C'est agréable et ça se digère bien. D'autant plus que je visualise très bien les rues bordelaises décrites et les abords de la zone d'activités Montesquieu vers La Brède (là où les cadavres sont enterrés). 

 

Ce bouquin ne relève pas du chef d'oeuvre inoubliable, mais il y a de bons personnages, une petite intrigue criminelo-financière, et le style parfois absurde me parle. Bref, une bonne idée de polar pour les vacances ou les week-end prolongés.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article