Le poète de Gaza, de Yishaï Sarid

Publié le par La fée Paradis

 

Le-poete-de-Gaza.jpg

 

 

Je suis irrémédiablement attirée par les bouquin de la collection "actes noirs" de chez "actes sud", c'est sans doute l'alliance magique du rouge et du noir et du dessin mystérieux. Quand d'aventure je rentre dans une librairie, je les repère de loin, ils sont souvent placés en tête de proue d'un rayon (car je ne dois pas être la seule), je fonce dessus et après, RIEN ne peut m'arrêter dans mon inexorable marche vers la caisse. Sauf une file d'attente de plus de 3 personnes.

 

Le-poete-de-Gaza-2-copie-1.jpg

 

 C'est une histoire d'espionnage dans le contexte politique, humain et social tendu, complexe et inextricable du conflit israëlo-palestinien. Cette question souvent sujète à des crises passions et à des débats animés, sur fond de présomption d'antisémitisme ou de crime contre l'humanité, est ici montrée loin des clichés, avec beaucoup d'humanité.

A travers l'histoire d'un inspecteur de la sécurité intérieure d'Israël à Tel-Aviv et à Jérusalem, ses pétages de plombs, ses questionnements et ses difficultés personnelles et professionnelles, on observe, de l'intérieur, l'énorme gâchis humain généré par cette situation depuis des décennies. Si certains personnages imposent le respect par leur grandeur d'âme et leur recul, on sent bien que la situation est pourrie de l'intérieur. Trop de tensions accumulées, trop d'inégalités politiques, sociales et économiques, trop d'hypocrisie et de faux semblants, trop de méconnaissances et de non dits facteurs de peur et de haine réciproque. Les individus sont dépassés, inutiles et atomisés.

A travers les aternoiements du personnage principal et de ceux qu'il croise, surtout au gré de ses activités professionnelles, l'auteur décrit à merveille cette pourriture. Le lecteur se sent souvent nauséeux. Pas de bon sentiments rassurants, pas d'optimisme béat, malgré la noblesse humaine de certains, c'est plutôt le pessimisme qui prime, l'effrayante spirale infernale des espoirs déçus et de la difficulté de respecter les fondements de son humanité.

C'est un très bon roman, passionnant et malheureusement noir, sur fond de réalité.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article