La famille Wolberg

Publié le par La fée Paradis


La famille Wolberg

Réalisé par Axelle Ropert
Avec François Damiens, Valérie Benguigui, Jocelyn Quirvin, ...
France, 1h22
Décembre 2009




Résumé

Simon Wolberg est époux, père et maire et il prend ces trois rôles très au sérieux. Il a même parfois tendance à se mêler de tout.



L'ABC a dit


Parler de famille, parce qu’évidemment on n’en a jamais fini. En parler avec simplicité, sans effets de réalisation voyants puisque les sentiments, eux, sont complexes. En parler avec tendresse et humour. 

Le choix de François Damiens, acteur belge très connu, spécialiste des caméras cachées, est une excellente idée car son jeu passe de la comédie à la puissance émotionnelle dans une même scène.

 Après des courts métrages remarqués, Axelle Ropert a brillamment réussi son passage au long puisque son film a été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. Sans doute son travail de scénariste (notamment avec Serge Bozon) l’avait-il préparée à trouver ce ton singulier et attachant.


famille Wolberg




Que dire de plus ?


Je tenais à voir ce film car il est touné dans le Béarn et qu'il cause de Mourrenx (ville nouvelle crée en même temps que l'exploitation du gisemet d'hydrocarbures de Lacq), dans les Pyrénées-Atlantiques. E plus ça nous permettait d'aller à l'ABC pour la première fois.

 

Double décéption !

Un film ennuyeux, nombriliste et bavard. J'apprécie de moins en moins ce genre de cinéma sur les problèmes des occidentaux aisés qui n'ont pas de problème. En plus il fait un temps pourri tout le temps et ça donne vraiment une image humide et glacée de mon pays. On se croirait en Picarde (désolée pour les éventuels picards qui pourraient me lire).

Je ne sais pas ce qu'a pu penser David Habib, le Maire de Mourrenx, de ce Maire paternaliste ....Et la gare d'Oloron apparait comme le terminus du monde, alors que c'est quand même la porte des vallées d'Ossau, d'Aspe et du Barétous. En plus je pense que pour aller à Mourrenx, il vaut mieux decendre du train à Pau et prendre un bus. 

Deuxième déception : l'ABC ! Non seulement le prix de l'entrée est élevé pour un cinéma Art et Essai (7,50 Euros) et en plus ilsont diffusé des pubs avant le film (Coca Zéro et GDF Suez en plus!). En fait c'est un cinéma de quartier pratique pour les cinéphiles des environs puisqu'il y a un abonnement individuel avec des places qui reviennent à 3,30 Euros. Bref, on n'ira que lorsque le film qu'on veut voir ne passe pas à Utopia, comme aujourd'hui.

Ma note : 2/5

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gabray 20/12/2009 23:53


J'ai passé un bon moment agréable à lire ces quelques lignes sur votre blog : bravo et à +


La fée Paradis 21/12/2009 08:53



J'espère que c'est moins enuyeux que ce film en tout cas