L'Homme d'à côté, de Gaston Duprat et Mariano Cohn

Publié le par La fée Paradis

 

L'homme d'à côté

 

Le Corbusier n'était pas pour rien dans ce choix de film et le fait que ce soit une comédie ne gâchait rien (de toute façon c'était ça ou Carlita dans Minuit à Paris).

 

L-homme-d-a-cote-1.jpgL-homme-d-a-cote-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L-homme-d-a-cote-5.jpg

 

 Si le film était assez décevant niveau architecture (on visite finalement peu la maison et on n'en a aucune vue d'ensemble) et et urbanisme (le conflit de voisinage relève du code civil et non des codes de la construction et de l'urbanisme, comme chacun le sait), c'était une comédie dramatique très réussie sur fond de satyre sociale et de quiproquos d'habitus. Les films bourdieusiens réussis sont les meilleures comédies (je pense au "Goût des Autres" de Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui, un modèle du genre).

 

Les personnages sont des caricatures : designer bobo qui pratique la charité (mais qui essaye certainement de payer le moins d'impots possible) qui ne respecte pas les autres, bourgeoise qui se veut cool et zen mais prête à tout pour défendre un pseudo confort, une ado gâtée égocentrique, une bonne inexistante et un voisin du genre artisan bac -12 avec un tatouage et un van.

 

 

Au fur et à mesure du déroulement des péripéties notre regard de spectateur sur chacun d'entre eux évolue : les bobos biens sous tout rapport sont quand même des sacrés pervers torturés et égocentriques incapables de lâcher prise et capable de passer des heures à s'épancher sur leur sort sans aucun recul et aucun second degré (vive les soirées délires !), le voisin n'est pas un mauvais bougre irrespectueux du patrimoine bâti et de ses voisins (il a finalement le droit de méconnaitre le code civil et la Charte d'Athène) et il est plus franc. Cette évolution et un second degré permanent permettent d'oublier quelques effets too much et quelques longeurs, tant dans le scénario que dans la mise en scène.

 

Je n'en dis pas plus poir ne pas gâcher les surprises de ceux qui auront l'occasion de le voir, mais ça vaut le détour.

 

 

Ma note : 3,75/5

 

 

 

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article