J. Edgar, de Clint Eastwood

Publié le par La fée Paradis

J-Edgar.jpg

 

C'est bizarre de voir Leonardo Di Caprio à la place de Matt Damon dans un film de Clint Eastwood dont le thème semblerait plus adapté à Martin Scocese avec Di Caprio dans le rôle prncipal. Vous me suivez ? 


En tout cas, Di Caprio est vraiment impressionnant : entre performance physique et super maquillage il passe allègrement à travers tous les âges de Hoover, de 20 à 75 ans. Il est accompagné par d'autres bons acteurs et le scénario est bien ficelé. Autour des flash backs on assiste à un double vieillissement, celui des souvenirs (1924 -1968 environ) et celui du moment (environ 1968-1972). Au début cela m'a semblé difficile à suivre, d'autant qu'on rentre directement dans le vif du sujet, puis je suis rentrée dans le jeu et j'ai été conquise.


J Edgar 2

J-Edgar-3.jpg

 

Hoover n'apparait pas ici comme un héros, au contraire. Il est souvent ridiculisé. Mais le réalisateur laisse place à des scènes touchantes qui éclairent sa personnalité (complexe et pathétique) sous un autre jour, notamment dans les relations avec sa mère, son bras droit (amant ?) et même sa secrétaire qui lui restera fidèle durant toute sa carrière au FBI.


J-Edgar-4.jpg

 

J-Edgar-5.jpg

 

 

J-Edgar-6.jpg

 


 

Les évènements historiques et politiques s'enchainent, les Présidents des Etats-Unis changent (huit durant le mandat de Hoover!), les menacent évoluent, Hoover s'adapte et a les moyens de ses ambitions (chantage notamment) jusqu'à son déclin. A la fin, le vieil homme semble complètement à côté de la plaque, il est temps pour lui de laisser la place et ça lui est difficile. Un clin d'oeil que s'auto adresse Clint Eastwood ?

 

C'est un film finalement très sensible et sentimental, plein d'émotions, de finesse et même de délicatesse, bien construit et très bien interprété.

 

Ma note : 3,75 / 5

 


Publié dans Ciné

Commenter cet article