Exposition Picasso, "Arte y Arena" et collection permanente du Musée des Beaux Arts

Publié le par La fée Paradis

 

Arte y Arena

 

La Ville de Pau a dit 

 

Arte y Arena (link )


A travers un ensemble de 32 oeuvres gravées et 7 céramiques, le Musée des Beaux-Arts de Pau présente l'exposition « Arte y Arena » provenant des collections de la Fondation Picasso de Malaga du 26 mars au 17 mai 2010.

 

Exposée pour la première fois en France, cette sélection inédite d'oeuvres, entièrement consacrée au taureau, offre un ample panorama de l'oeuvre graphique de l'artiste espagnol. Bien au-delà des corridas, que Picasso découvre dès son enfance en accompagnant son père aux arènes, le taureau a exercé chez lui une véritable fascination au point d'être l'un des grands thèmes de sa considérable production.

En effet, la représentation des mythes et des rites taurins qui nourrissent cette exposition, évoqués à diverses périodes de sa vie, révèle visiblement l'évolution de sa démarche artistique. On notera une surprenante série de gravures, réalisée entre décembre 1945 et janvier 1946, où l'artiste décline l'image d'un taureau aux traits épais semblant provenir d'Altamira jusqu'à sa plus radicale métamorphose. Ainsi, dans la version ultime de l'animal, par cette alliance de virtuosité technique et de synthèse intellectuelle, il nous offre, dans un schéma extrêmement épuré, toute la marque de son génie.

Dans les années vingt et trente, en couplant l'image de l'homme et du taureau, Picasso exprime, à travers le Minotaure, ses passions et ses pulsions dans de libres interprétations du mythe antique.

Ainsi, des mythologies à la vision classique du taureau de son enfance, jusqu'à la fragmentation cubiste de l'animal, l'exposition « Arte y Arena » donne à voir, par cet unique sujet, de multiples étapes de sa prodigieuse évolution picturale et graphique. 



Le Musée des Beaux Arts de Pau ( link)

 

 

Le Musée des Beaux-Arts de Pau propose un vaste panorama de la création artistique européenne depuis la fin du XVème siècle jusqu'à nos jours.

 

Logé dans un bâtiment inauguré en 1931, le musée des Beaux-Arts de Pau présente une architecture sobre et épurée au vocabulaire ornemental tout à fait caractéristique du style Art-Déco.

Ses collections, variées et de grande qualité, justifient sa renommée et en font un établissement de référence pour l'Aquitaine et le Sud-Ouest.

On y découvrira principalement des oeuvres de peintres et sculpteurs européens datant de la fin du XV° et allant jusqu'au XXI° siècle. Ces dernières sont présentées selon des ensembles thématiques ( caravagisme, paysage des Pyrénées, Orientalisme, Impressionnisme,...) et chronologiques.

De Greco à Rubens ou bien encore de Morisot à Lhote, plusieurs chefs-d'oeuvre ponctuent l'accrochage des salles permanentes. Au détour de cette admirable collection, on notera une emblématique toile de Cantarini acquise en 2006 ainsi que le fleuron du musée des beaux-arts, Le bureau de coton à la Nouvelle-Orléans, tableau magistral de Degas.

Chaque année, des expositions temporaires permettent non seulement d'aborder des thématiques originales mais aussi de mettre en valeur des oeuvres ou des collections patrimoniales rarement exposées, offrant ainsi à chaque visiteur la possibilité de raviver le plaisir de la découverte.

La boutique du musée des Beaux-Arts propose différents ouvrages spécialisés ainsi que des objets aux couleurs du musée (mugs, parapluie, magnets, etc.).


 

Que dire de plus ?

 

 

Je suis impardonable : c'est la première fois que j'ai mis le pied dans ce musée ... Il aura fallu attendre cette expo Picasso et la visite d'amis toulousains pour leur montrer qu'à Pau on mange des tapas, on boit du patxaran, on va au Durango et qu'on a aussi une vie culturelle (pas qu'à l'Imparfait) !

 

L'expo taurine était très bien : un beau condensé de l'oeuvre de Picasso à travers sa passion pour la tauromachie. J'espère qu'elle va tourner un peu partout.

 

Et du coup on a aussi été voir la collection permanente que j'ai trouvé riche et bien organisée. Outre quelques oeuvres retraçant la vie d'Henry IV, béarnisme oblige, on a vue une momie très bien conservé, des bustes dont un sculpté par Rodin et une succession de salles où les oeuvres sont organisées de manière chronothématiques. Beaucoup d'artistes sont originaires du Sud-Ouest mais pas que, et ça valait vraiment le coup ! Il faudra y retourner sans avoir fait une soirée arrosée la veille pour aprofondir tout ça !

 

Publié dans Expos

Commenter cet article