Exposition Design, Sigvard Bernadotte

Publié le par La fée Paradis

expo-design.jpg

 

 

Non, non, rassurez vous, je ne suis pas devenue une monomaniaque des Bernadotte ( Bernadotte et Susanna Hesselberg ), c'est juste que cette expo se termine bientôt et que je n'avais pas envie de la louper. Elle se déroule toujours dans le cadre de la comémoration de l'adoption de JB Bernadotte le palois par le roi de Suède pour qu'il devienne héritier du trône.

 

La ville de Pau a dit 

 

A l'occasion du bicentenaire de l'élection au trône de Suède de la famille française Bernadotte, la ville de Helsingborg et l'Institut suédois à Paris ont choisi de présenter l'oeuvre de Sigvard Bernadotte (1907-2002), le pionnier du design industriel en Suède. C'est cette exposition qui sera présentée à Pau, au Musée des Beaux-Arts, du 16 septembre au 24 octobre 2010.

 

sigvard-bernadotte_2.jpg

 

"L'agence Bernadotte & Bjørn Industridesign A/S, que Sigvard Bernadotte a fondée en 1950 avec le Danois Acton Bjørn, se distinguait à l'époque par sa nouvelle manière d'appréhender le processus de création d'un objet industriel. Créateur lui-même, Sigvard Bernadotte faisait intervenir dans chaque projet tous les membres de son agence et prônait, contrairement à ce qui se faisait alors, une participation du designer industriel en amont du processus de fabrication. L'agence devint ainsi une véritable école pour une nouvelle génération de designers au Danemark et en Suède.

 

 

sigvard-bernadotte_1.jpg

 


Dès sa prime enfance, Sigvard a le sentiment que son destin est tout tracé. Avec un grand-père qui n'est autre que le roi Gustav V, un père prince héritier et un frère aîné héritier du trône, il n'a d'autre choix que d'inventer son propre chemin. Son plus grand rêve est de devenir comédien, mais pour la Cour, ce n'est pas un choix très convenable. On préfère l'envoyer à Uppsala étudier l'histoire de l'art et les sciences politiques.

 


A la fin de ses études universitaires, Sigvard réussit à convaincre son père de la nécessité de les compléter par une formation à Konstakademien, l'Académie royale suédoise des beaux-arts.
Il souhaite se former à la scénographie et arriver ainsi, par la petite porte, au théâtre. Par chance, avant d'apporter son appui à son fils, le prince héritier choisit de consulter son oncle, le prince Eugen, peintre et grand mécène. Sigvard reçoit de sa part un soutien sans faille.

  


Un jour, Ragnar Sachs, le directeur des grands magasins Nordiska Kompaniet vient à Konstakademien en compagnie du célèbre orfèvre argentier Sören Georg Jensen, à la recherche de jeunes talents intéressés par le travail de l'argent. L'un de ceux qui se montre le plus enthousiaste est le prince Sigvard, qui n'avait pourtant jamais travaillé l'argent auparavant.

  
Si la collaboration de Bernadotte avec Georg Jensen se poursuit avec succès, elle ne lui permet pas pour autant de bien gagner sa vie. Après quelques années passées en Allemagne à étudier la scénographie puis à travailler dans ce milieu, ses activités lui paraissent peu à peu moins intéressantes et il décide d'aller tenter sa chance à Hollywood.

 

Au cours de son séjour aux États-Unis, il découvre le concept de design industriel et commence alors à planifier une nouvelle carrière. Avant de retourner en Scandinavie, il vit quelques mois à New York, bien décidé à faire la connaissance de tous les designers industriels renommés de l'époque, tels que Raymond Loewy et Henry Dreyfuss.

 

 

sigvard-bernadotte_3.jpg



En 1949, un dîner à Copenhague avec Acton Bjørn marque le début de Bernadotte & Bjørn Industridesign A/S, qui deviendra bientôt l'une des agences de design les plus prospères de Scandinavie. Architecte compétent, doté d'un véritable sens des affaires, Bjørn estime lui aussi que le temps est venu de lancer un projet d'avant-garde dans le domaine du design.

 


Entre 1950 et 1972, sous la conduite stimulante et généreuse de Bernadotte, nombreux sont les collaborateurs qui passent par les différentes adresses que connaît l'agence, tant à Copenhague qu'à Stockholm. Sous la marque de fabrique Design Sigvard Bernadotte, un nombre incommensurable d'objets sont créés. Des objets du quotidien durables à la simplicité raffinée et toujours d'une qualité irréprochable. Un design que l'on a d'ailleurs parfois qualifié d' « humaniste ».

 

bern1.jpg


Sigvard Bernadotte a toujours fait toujours preuve de dynamisme, de curiosité et de courage pour affronter les nouveaux défis qui s'offraient à lui, tant comme chef designer au sein de son agence de consultants qu'à travers sa collaboration avec la marque prestigieuse Georg Jensen pour laquelle il a longtemps dessiné des objets en argent. Parallèlement, il contribua pleinement au développement du design industriel en Suède, notamment par sa participation à la création du groupe d'intérêt SID (Sveriges Industri Designer, Designers industriels suédois, aujourd'hui SVID), et en tant que membre du conseil d'administration et président de son homologue international ICSID (The International Council of Societies of Industrial Design), de 1961 à 1965.

 

Institut_Suedois_Bernadotte_3-small.jpg

 

Cette exposition est une rétrospective du travail de Sigvard Bernadotte mettant à l'honneur les objets vedettes du designer (logotypes, ustensils, packaging..). Des entretiens vidéos avec l'artiste permettront de faire plus ample connaissance avec cette figure majeure du design du XX ème siècle disparu en 2002. "

 

3548748498.jpg

 

 

 

Je n'y connais rien en design mais ces objets sont jolis, modernes, colorés, fonctionnels et indémodables. 

 

Cette expo montre comment l'industrie et la standardisation des trente glorieuses se sont appuyées sur un processus artistique plein de bonnes intentions humanistes. Fonctionnalisme, ergonomie, convivalité et esthétique ont sous-tendu le design industriel balbutiant au début des années 50, ce qui a permis de rationnaliser les manières de travailler dans les bureaux et facilité le quotidien du bricoleur et de la ménagère.

 

Sigvard Bernadotte a préféré concevoir des modèles en métal et en plastique, plus démocratiques que l'or et l'argent. La révolutin était en marche.

Je ne vais pas me plaindre : ces ustensiles me sont très utiles pour cuisiner mes légumes de l'AMAP, calculer sans me prendre la tête et d'avoir du temps pour mes loisirs. Cependant, cinquante ans après, à l'heure de la prise de conscience écologique, on est bien obligé d'avouer que ces modes de production et de consommation auraient du être mieux pensés dès cette époque.

 

En tout cas, les palois, dépêchez vous d'aller voir tous ces objets, c'est jusqu'au 24 octobre seulement. Et ça vaut le coup, même pour les novices comme moi. 

Publié dans Expos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article