Encore mort déjà vivant (Gérard Marty)

Publié le par La fée Paradis

417992030_L.jpg


Auteurs : Gérard Marty (dessins) et Arnaud Viviant (Texte et Scénario)
Editions Verticales
Avril 2000



Quatrième de couverture


Les dessins de Gérard Marty, aux contrastes épurés, ont la sobriété et la force du trait expressionniste. Ils témoignent d'un sens du cadrage proche de l'art cinématographique. C'est sans doute pour cela qu'Arnaud Viviant - ciseaux et colle en mains - a procédé comme un monteur de film, jouant à la fois sur les ellipses, les faux raccords et les hors champs de l'inracontable, tout en inventant le scénario qui détournera les dessins de leur point de vue de départ.

Ce sont des fragments d'existence qui s'effeuillent ici, brèves de déboires amoureux dont l'apparente banalité touche à l'intime universel.


Gérard Marty vit et travaille à Rignac dans l'Aveyron. Il collabore en tant qu'illustrateur au Monde, à Libération, Biba, Psychologies, Télérama, l'Express.

Arnaud Viviant a trente-cinq ans. Editorialiste aux Inrockuptibles et chroniqueur d'Arrêt sur images sur La Cinquième. Il est l'auteur d'un roman, La Ville des grincements de dents (Calmann-Levy, 1998).


Que dire de plus ?


Vous vous souvenez de "Joyeux Bordels" l'exposition que je suis allée voir à Rignac la semaine dernière ( Gérard Marty, artiste rignacois, "Joyeux bordels" ) ? 

Depuis, j'ai commandé des bouquins sur lesquels il a bossé sur Internet. C'est comme ça que je suis tombée sur Encore Mort Déjà Vivant.

Ce bouquin n'est pas imprimé en recto-verso et à chaque page, il y a une illustation et un petit texte de quelques lignes qui raconte la manière dont la narrateur a vécu sa séparation. Flash backs montrant sa vie avec sa femme puis la douloureuse année qui a suivi (antidépresseurs, psys, amis, difficulté de la garde partagée du fils ...).

Pas besoin d'en faire des tonnes avec un sujet pareil. La rupture amoureuse et de l'immense solitude qui s'ensuit sont des thèmes universels et chaque lecteur se met aisément à la place du narrateur. Le lien entre texte et illustrations aurait pu être lourd et tiré par les cheveux. Ce n'est pas le cas ici. Parfois le dessin illustre simplement et justement, parfois il est evoqué avec humour dans le texte ("Là, c'est Christophe et Marion. Je ne sais pas pourquoi sur ce dessin, leurs étagères sont vides ..." ou "Contrairement à ce que laisse penser cette image, je n'ai jamais couché avec Liane").

En remuant des souvenirs intimes, ce petit livre qui ne paye pas de mine m'a énormément touché. Et ça m'a aussi permis de découvrir Arnaud Viviant. Pour moi ce n'était qu'un des intervenants réguliers au Fou du Roi et au Masque et la Plume sur France Inter.  Et je ne m'étais pas posé plus de questions que ça à son sujet. Encore une fois, j'ai été convaincue par les illustrations faussement naïves et quotidiennes de Gérard Marty.

Publié dans Livres

Commenter cet article