Dixie road

Publié le par La fée Paradis

Jean Dufaux (Scénario), Hugues Labiano (Dessin), Marie-Paul Alluard (Couleur)
Dargaud


Tome 1 (janvier 1997)





Tome 2 (Octobre 1997)





Tome 3 (Mars 1999)




Tome 4 (Février 2001)





BD Gest' a dit

Dixie Road nous emmène dans les États-Unis des années trente. Le crack boursier a provoqué une crise aux lourdes conséquences économiques et sociales. La société Fisherman's dream n'échappe pas à la règle.

Au milieu de ce tumulte, la vie d'une jeune fille - Dixie - et de sa famille, ballottée par des événements qui les pousseront à prendre la route, à la recherche de l'american way.


Que dire de plus ?


Entre Murena et Dixie Road, ce Jean Dufaux est décidément plein de ressouces. Ses scénarios aventuro-historiques sur fond de crise politique et sociale ont tout pour me plaire, d'autant plus qu'il s'entoure de bons dessinateurs. Les mimiques des personnages et les couleurs jouent ici un rôle très important.

Cette histoire montre l'impossibilité à cette époque de vivre dignement de son travail. Face à ce constat, certains s'entassent dans des baraquement et tentent des grèves entre manipulations des syndicats et répression milicienne, certains deviennent tueurs à gage ou détective privé, et d'autres cambriolent des banques.

Nadine, la mère de Dixie, est ouvrière et se bat pour que les droits des travailleurs soient reconnus. Mais on apprend au fur et à mesure de l'histoire qu'elle est l'héritière d'une riche famille d'industriels qu'elle a quitté pour épouser Jones, le père de Dixie, un révolté, idéaliste et cambrioleur des banques. Une sorte de Robin des Bois.

Tout dégénère dès les premières pages du premier tome (eh oui, sinon il n'y aurait pas d'histoire), effet domino : Jones, après des années d'absence, a cambriolé une banque puis escroqué son complice. Ce dernier déboule chez Nadine et Dixie en même temps que le fils vicieux du patron de Nadine. Le complice assassine le fils du patron avant d'être lui-même tué par Dixie à qui ses amis venaient d'offrir l'arme du sherif oubliée dans un bayou ... Les deux femmes sont obligées de fuir avec Jones.

Le patron dont le fils a été assassiné organise une milice privée pour prendre la police de court et assassissine tous les pauvres bougres impliqués involontairement dans l'affaire du flingue. C'est la rivalité police officilelle / milice privée qui permet à la famille de fuir ... Pour enchainer ce type de galères dans d'autres villes et camps où les grèves et conflits sociaux font rages.

Ce sont les riches industriels et leurs milices privées racistes, mysogines et anticommunistes contre les ouvriers pressés comme des citrons, sur fond de manipulations syndicales pour mettre de l'huile sur le feu et favoriser les luttes armées. 

Dans ce road trip, les trois personnages principaux croisent la route d'autres ouvriers, d'industriels véreux et vénals, d'un mystérieux et efficace detective privé, d'un tueur à gage engagé pour suppléer les milices privées , d'une prostituée noire ... La fin est sans espoir, même si Roosevelt et le New Deal ne sont pas loins.

Publié dans BD

Commenter cet article

Yuko 08/12/2009 11:35


Le dessin me dit quelque chose.. Le dessinateur a illustré d'autres choses ?


La fée Paradis 08/12/2009 11:40



Rien que je n'ai déjà lu mais apparament c'est un dessinateur majeur de sa génération : http://www.bedetheque.com/auteur-716-BD-Labiano-Hugues.html

Il a peut-être fait des illustations pour des pub ou des revues, d'où un trait familier. J'ai eu cette impression là aussi.