Contes de l'âge d'or

Publié le par La fée Paradis

 

Contes-de-l-age-d-or.jpg

 

De Cristian Mungiu, Ioana Uricaru, Hanno Höfer, Razvan Marculescu, Constantin Popescu

Amintiri din Epoca de Aur

Roumanie, 2009, 1h20, VOSTF, couleur

Avec Diana Cavaliotti, Radu Iacoban, Tania Popa, Vlad Ivanov ...

 

 

Première a dit

 

Contes de l'âge d'or est le nom d’un projet cinématographique collectif roumain orchestré par Cristian Mungiu . Ce film est composée de 4 légendes urbaines : La légende de la visite officielle; La légende de l’activiste zélé; La légende du policier avide; La légende du photographe officiel.

 Les 15 dernières années du régime de Ceausescu ont été les pires de l'histoire de la Roumanie. Et pourtant, la propagande officielle de cette époque l'avait nommée "l'âge d'or"..

Les Contes de l'âge d'or est l'adaptation à l'écran des "légendes urbaines" les plus connues. Elles sont à la fois comiques, étranges, émouvantes et puisent leur inspiration dans un quotidien souvent surréaliste, quand l'humour était le seul moyen de survie de tout un peuple.

Les Contes de l'âge d'or restitue l'atmosphère de l'époque et dresse à petites touches le portrait d'un pays soumis à la logique perverse d'une dictature. Quand un chauffeur livreur décida, pour la première fois de sa carrière, d'ouvrir son camion scellé, il découvrit ainsi le lien entre les oeufs, Pâques et l'amour conjugal... Un policier reçut un porc vivant comme cadeau de Noël et pensa que le gazer serait la meilleure façon de tuer l'animal en silence, pour ne pas réveiller ses voisins affamés... Dans la Roumanie des années 80, Bughi et Crina jouaient les Bonnie and Clyde, en collectant des bouteilles d'air...

 

 

Que dire de plus ?

 

 

Une fois n'est pas coutume, c'est au Luxor à Oloron-Sainte-Marie, le cinéma des Globules, que j'ai vu ce film. Comme quoi, on peut louper des trucs intéressants à Utopia Toulouse et au Méliès, ils finissent toujours par resurgir là où on ne s'y attendait pas. En l'occurence, dans ce mignon petit cinéma qui dispose d'une salle art et essai et projete des films en VO !

 

Contes-de-l-age-d-or-1.jpg


Et qu'est ce que j'ai ri ! Les 4 sanyètes montrent bien le ridiule et l'hypocrisie de la logique bureaucratique du système Ceausescu. Entre naïveté, zèle, découragement, peur de perdre leur place et bonne humeur, les protagonistes de tous les âges font contre mauvaise fortune bon coeur, pour notre plus grand plaisir. 

 

Contes-de-l-age-d-or-3.jpg

 

Biensûr on ne voit que le côté édulcoré du régime : les gendarmes ont des bouilles de braconniers gras à force de trop manger, les cadres du parti sont ridicules, même s'ils font trembler leur entourage, les maires des petites communes ressemblent finalement assez à ceux qu'on peut croiser, tout comme le enfants espiègles. Les réalisateurs ont pris le parti du rire. Avec un recul de 20 ans, mieux vaut en rire qu'en pleurer ? On voit quand même le rationnement et le manque de nourriture poindre dans les villes. Et on voit aussi VGE qui tombe d'on ne sait où dans la dernière légende.

 

La citation de Georges Marchais qui prend la moitié de l'affiche n'était pas nécessaire : on n'en avait pas besoin pour comprendre l'ambiance du communisme à la roumaine à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

 

Contes-de-l-age-d-or-2.jpg

 

 

Je m'apperçois qu'on voit finalement pas mal de films roumains depuis quelques années :  Au diable Staline, vive les mariés ! il y a environ un an, mais aussi le plus tragique 4 mois, 3 semaines, 2 jours (palme d'or à Cannes en 2008) de Christian Mungiu l'initiateur du projet des Contes de l'âge d'or et, à cette époque aussi, l'excellent California Dreamin' (2008) de Christian Nemescu, talentueux réalisteur décédé dans un accident de voiture peu après le tournage.

 

Bref, je trouve que le cinéma roumain est très bon. Il incarne totalement l'idée que je me fais des balkans, entre nostalgie, bonne humeur et débrouillardise. Mais c'est peut-être une idée reçue véhiculée par Emir Kusturica, Balkan Beat Box et mon road trip en Slovénie, Serbie et Bosnie en 2007 avec Adri. Moralité : dès qu'un film roumain est à l'affiche, il faut s'empresser d'aller le voir, on ne sera pas déçu ! (Et j'aimerais vraiment aller en Roumanie aussi, avis à Pépé).

 

Ma note (même si je pense que c'était pour le palmarès 2009) : 4 / 5

 

Publié dans Ciné

Commenter cet article

alexandre mathis 08/04/2010 23:38



je me souviens de 4 mois 3 semaines et 2 jours. Quel choc ! Au diable Staline, pas mal mais morale anti-russe assez détestable.


Quant à ce Conte très particulier, je l'ai louppé. je compte désormais sur Arte un de ces soirs pour compenser cet écueil. (et pour le palmares, tu peux alimenter celui de 2009 comme ça)



La fée Paradis 09/04/2010 08:53



4 mois 3 semaines et 2 jours était très dur. C'est la réalité du régime de ceausescu. Les autres films que j'ai vu abordent des thèmes très durs eux aussi, mais de manière plus légère
qui fait la part belle à l'optimisme.


Je n'ai pas ressenti cet morale anti-russe dans Au Diable Staline, plutôt une morale anti régime bureaucratique et policier. Mais les situations de début et de fin étaient vraiment
surprenantes : ces veuves noires érrant dans un site industriel désaffecté m'ont effrayées.


 



Vance 08/04/2010 20:37



C'est surtout qu'il n'y était pas !



La fée Paradis 08/04/2010 20:38



C'est une bonne nouvelle alors. Reste à convaincre d'autres cinéphiles pour lui permettre d'atteindre le top 50



Vance 08/04/2010 20:03



Grâce à toi, le film grimpe à la 63e place de l'ancien Palmarès. Cool !



La fée Paradis 08/04/2010 20:05



Ah il étais très loin alors! Comment ça se fait ? C'est vraiment un chouette film !