Pourquoi les Pyrénées sont si belles ?

Publié le par La fée Paradis

Voici un petit message du coach qui, avec cette analyse géomorphologique, se dirige tout droit vers l'urbanisme et la réalisation de diagnostic territoriaux ! Continue sur cette voie coach !

***********************************************************************************
Je crois qu'on aime d'autant mieux un paysage qu'on le comprend davantage. L'esthétique est voisine de la connaissance. Ces quelques lignes voudraient donner les outils qui permettent de comprendre le paysage "rocheux" de la vallée d'Aspe. Les cailloux sont affaire du géologue, mais le relief perçu par le randonneur est étudié par une science voisine : la Géomorphologie.


 
LE RELIEF A SON HISTOIRE


Et toute histoire a son calendrier... (cf tableau). Entre la naissance et la mort d'un relief, le temps écoulé peut être considérable. Les grès rouges d'Espélunguère datent du Prémien (230 millions d'années), les calcaires des barres rocheuses du Pic d'Arapoup et de la crête du Niéqui ferment le bassin de Bedous datent du Crétacé Supérieur (70 millions d'années environ). Les sables et galets du plateau de Lhers dans le bassin de Lescun n'ont que quelques dizaines de milliers d'années tout au plus (Ere Quaternaire).


 LE RELIEF A SES AGENTS CREATEURS QUI SONT SOUVENT DES FRERES ENNEMIS


 1- L'agent qui construit : c'est l'ensemble des forces internes du globe terrestre qui fabriquent les roches, les déforment et les portent à l'air libre. Le moteur est complexe : la tectonique des plaques en est un élément important dans les Pyrénées. L'Espagne est une plaque rigide, le Sud-Ouest appartient à une autre. Les deux ont toujours voulu se rapprocher, sans précaution d'ailleurs... Elles sont entrées en collision. Des serrages et des compressions auprès desquelles l'énergie dégagée par les bombes thermo-nucléaires n'est que broutille. Le résultat : les roches se plissent, se cassent, se chevauchent.

 2 - L'agent qui détruit : c'est l'érosion ; avez-vous regardé la couleur des eaux du Gave d'Aspe en crue charriant sables et galets en direction de... Biarritz ? Savez-vous l'importance de l'érosion sur les champs labourés par les tracteurs quand ceux-ci se trouvent sur une pente ? Plusieurs Tonnes/Km2/an...

 Compliquons un peu les choses. Le climat n'a pas toujours été aussi agréable et tempéré en Béarn. Il y a des dizaines de millions d'années, il était tropical ! Il y a quelques milliers d'années, un glacier descendait jusqu'à Bedous et les températures moyennes avoisinaient 0°C.


 
LES OROGENESES PYRENEENNES, OU LA NAISSANCE, LA VIE ET LA MORT DES DEUX CHAINES DES PYRENEES



1 - IL Y A PLUS DE 500 MILLIONS D'ANNEES


A l'emplacement des Pyrénées : la mer dans laquelle se déposent pendant des centaines de millions d'années des couches de roches très variées : des grès, des calcaires, des argiles et des sables fins.


 2 - DU CARBONIFERE AU TRIAS


Des déformations et l'édification d'une montagne bien plus importante que les Pyrénées actuelles. Le tréfond se déchire, des granites et des laves montent à la surface par les cassures (roche volcaniques de l'Ossau). Les roches déposées au fond de la mer sont violemment plissées et métamorphisées sous l'effet des énormes contraintes de pression et de température ; c'est l'orogénèse hercynienne. La montagne est immédiatement attaquée par l'érosion. Elle est détruite en quelques dizaines de millions d'années et devient une surface peu élevée et parcourue par des rivières peu encaissées, c'est une pénéplaine.


 
3 - A L'ERE SECONDAIRE


La mer envahit de nouveau les Pyrénées. Elle transgresse la pénéplaine. Un nouveau cycle commence : dépôts, déformations, plissements et soulèvements qui fait apparaître au cœur de la chaîne les vieilles roches conservées de la première orogénèse hercynienne. Alors que, plus au Nord (à partir de Bedous) affleurent les roches déposées à l'Ere Secondaire, déformées et plissées elles aussi. C'est l'orogénèse alpine. L'érosion commence son œuvre. Elle n'est pas encore terminée... Les grandes vallées comme la vallée d'Aspe se forment par l'encaissement de grandes rivières à la fin de l'Ere Tertiaire.


 
4 - HIER.... A L'ERE QUATERNAIRE


Le climat se refroidit, les glaciers s'installent dans les vallées et les creusent jusqu'à -13 000 ans environ. Le réchauffement progressif les fait fondre. Mais ils laissent des traces dans la vallée.


 
LE RELIEF DE LA VALLEE D'ASPE


Si l'on regarde la carte touristique au 1/25 000, feuille Aspe/Ossau, on s'aperçoit que la vallée d'Aspe est en fait une succession de défilés et secteurs plus évasés :

- vallée évasée au niveau d'Urdos

- défilé de la Cristalère et du Fort du Portalet

- défilé à l'aval du pont de l'Estanguet

- bassin de Bedous, très large.

Une carte géologique nous donne les éléments de solution :

- chaque défilé correspond à des affleurements calcaires orientés Est-Ouest

- chaque "bassin" est installé dans des roches tendres.  

L'explication ? Elémentaire !

Les rivières, les glaciers, les torrents sont des agents d'érosion qui ont tous un point commun : ils sont paresseux. Délaissant les matériaux résistants (calcaires), ils préfèrent travailler, creuser et déblayer les matériaux tendres. C'est ce qu'on appelle l'érosion différentielle.

 L'orientation systématique Est-Ouest ? Elle résulte du mouvement de serrage des deux plaques lithosphériques, mouvement d'orientation Nord-Sud. Les roches sédimentaires prises entre ces deux énormes mâchoires se sont déformées, plissées, cassées selon des bandes allongées Ouest-Est.

 Toute cette histoire se lit dans les versants et les falaises.


 L'EXEMPLE DES CALCAIRES DE LA CRISTALERE ET DE LA MATURE


Un énorme pli en forme de voûte (un anticlinal) de calcaires d'âge primaire ; c'est un des restes de la première chaîne des Pyrénées (orogénèse hercynienne). Beaucoup plus tardivement, à la fin de l'Ere Tertiaire, les rivières se sont enfoncées profondément en dégageant par érosion différentielle (voir ci-dessus) les couches calcaires. Les gorges du Sescoué sont sur le flanc de l'anticlinal ; les falaises de la Mâture représentent le dos des couches calcaires très redressées qui plongent vers le Sescoué.

On observe tout au long des dalles, des fissures de quelques centimètres à quelques mètres. Ce sont des cassures ou failles, généralement perpendiculaires ou obliques par rapport aux couches et qui sont autant de cicatrices. Elles témoignent de la puissance des mouvements qui ont écraséles roches lors de la naissance de la deuxième chaîne. Un exemple très démonstratif : la voie Lopo est située au croisement du dos d'une couche (parallèle au Sescoué) et d'une faille Nord-Sud (partie gauche de la voie).

Enfin, ce réseau de fractures et de joints stratigraphiques est exploité par les eaux de pluies qui ruissellent sur les dalles. En s'infiltrant dans les fissures et en s'écoulant sur les dalles, elles dissolvent une partie du calcaire formant des cannelures parallèles, des petites marmites et des gouttes d'eau qui appartiennent à un micro relief karstique.


LE RELIEF DE LA DEUXIEME CHAINE PYRENEENNE


A la sortie de Bedous, au carrefour de la route qui mène au village d'Accous, on découvre un vaste panorama de la vallée de la Berthe.

 A droite vers le Sud, les crêtes du Ronglet et du Pic d'Arapoup formés par de grandes dalles de calcaire qui plongent vers le Nord. Au centre, le synclinal du Pic de Bergons (2066 m) déversé vers le Nord est composé de calcaires du Jurassique.

 Entre les deux ensembles, une faille de chevauchement difficilement visible dans le paysage pour le "non initié" : un des grands accidents de la chaîne Pyrénéenne.

 

La source:

Publié dans La chronique de Dudule

Commenter cet article

Fée Paradis 21/08/2009 13:35

Je me permets de préciser que les Pyrénées et la côte ont intérêts d'être belles car leur présence nous génère un climat bien pourri. Encore aujourd'hui, en août, il faisait 15 degrés ce matin ! Elle est loin la canicule ! Heureusement il a l'air de faire beau et chaud ce week-end.

Nicolas Hulot 21/08/2009 13:23

Bé tiens ca c'est franchement intéressant! Tel le processus de fabrication d'un diamant. Notre diamant...Notre autre pierre précieuse: la Cote et son Océan!!

La fée Paradis 21/08/2009 13:31



Tout à fait cher Nicolas Hulot !