Dans les bois éternels

Publié le par La fée Paradis

Auteur : Fred Vargas
Ed. J'ai lu (2009)













Résumé :

La Brigade avait accumulé des résultats incontestables, mais Veyrenc demeurait très sceptique. A savoir si cette efficacité était le résultat d'une stratégie ou le fruit tombé de la providence. Providence qui fermait les yeux, par exemple, sur le fait que Mercadet ait installé des coussins à l'étage et y dorme plusieurs heures par jour, sur le fait qu'un chat anormal défèque sur les rames de papier, que le commandant Danglard dissimule son vin dans le placard de la cave, que traînent sur les tables des documents sans lien avec les enquêtes, annonces immobilières, listes de courses, articles d'ichtyologie, reproches privés, presse géopolitique, spectre des couleurs de l'arc-en-ciel, pour le peu qu'il en avait vu en un mois. Cet état de choses ne semblait troubler personne, sauf peut-être le lieutenant Noël, un gars brutal qui ne trouvait personne à son goût. Et qui, dès le second jour, lui avait adressé une remarque offensante à propos de ses cheveux. Vingt ans plus tôt, il en aurait pleuré mais aujourd' hui, il s'en foutait tout à fait ou presque. Le lieutenant Veyrenc croisa les bras et cala sa tête contre le mur. Force indélogeable lovée dans une matière compacte.

La FNAC a dit :

Roman après roman, Fred Vargas s’éloigne un peu plus encore des bases du polar traditionnel pour aller vers un récit en clair obscur où des personnages, de plus en plus décalés, évoluent dans un univers onirique assez inédit. Héros anticonformistes et érudits, étranges animaux, fausses pistes, dérapages et digressions... l’auteur se permet à peu près toutes les audaces, sans pour autant sacrifier à une intrigue qui finira par retomber miraculeusement sur ses pieds (Epok)

Que dire de plus ?

Les fans retrouveront les protagonistes habituels autour du commissaire Adamsberg : Danglar toujours aussi alcolique érudit et torturé, Rétancourt toujours aussi convertisseuse d'énergie, Camille toujours aussi fuyante, la brigade toujours aussi prompte au scepticisme, le club des moyennageux toujours aussi moyennageux ... Avec quelques nouveaux pour le moins inquiétants : Tom, le fils du commissaire (qui l'eut cru ?), Veyrenc dit le Nouveau, Sainte Clarisse le fantôme de la nouvelle maison, Ariane Lagarde la nouvelle légiste, les habitués d'un troquet en Normandie ... Et les évènements coulent et s'enchainent, riches en surprises et en rebondissements !

Si la surprise des premiers "épisodes" est passée, les personnages gagnent en épaisseur et s'affirment dans leur existance propre. Un gros retournement de situation à la fin, je ne vous en dit pas plus !

Bonne lecture !

Publié dans Livres

Commenter cet article

Anticorps du Petit Poucet 16/06/2009 12:38

ça m'a l'air bien confus vos histoires de vallées! Mais laissez-les donc tranquilles, ces vallées.

La fée Paradis 16/06/2009 13:17


Oui d'ailleurs il est temps de s'ouvrir à de nouvelles vallées !


Fée Paradis 15/06/2009 15:54

PS Une petite précision : on savait qu'Adamsberg était originaire d'un village des Pyrénées (je le situait arbitrairement dans les Hautes-Pyrénées jusque là). On apprend ici qu'il est béarnais, tout comme Veyrenc, le Nouveau. Seulement, l'auteur fait une confusion évidente entre la Vallée d'Aspe et ce qu'elle appelle la Vallée du Gave de Pau, rivale de la Vallée d'Ossau. Adamsberg est le représentant de la Vallé du Gave de Pau tandis que Veyrenc est un ossalien et porte le nom d'un cépage (confusion avec le juraçonnais ?). Il s'agit de noms inventés (vallées, villages, cépages ...) mais je serai curieuse de savoir où elle a puisé ses sources !