Miss Pettigrew

Publié le par La fée Paradis

                                               Le Méliès a dit :

Londres, 1939. Guinevere Pettigrew, vient d’être congédiée de son poste de gouvernante où elle officiait et va se retrouver sans le sou dans les rues de Londres alors que la Grande Dépression fait rage. C'est aussi l'époque où l'Angleterre s'apprête à déclarer la guerre à l'Allemagne, mais là est bien le dernier souci de la chanteuse de cabaret américaine Delysia Lafosse (Amy Adams) qui a fort à faire en effet pour gérer une vie sentimentale plutôt trépidante et...dissolue, ponctuée par les fréquentations de trois amants. Aussi voit-elle comme une délivrance l'arrivée dans sa vie de la nouvelle «secrétaire» que lui recommande une agence de personnel....Instantanément, une complicité va naître entre les deux femmes qui à priori, n'ont pourtant rien en commun. Drôle, pétillante, colorée, cette jolie fable  adaptée d’un roman de Winifred Watson paru en 1938 saura vous ravir ! La cerise sur le gâteau ? Les irrésistibles classiques de jazz qui parcourent le film.

Que dire de plus ?

Un film à voir de toute urgence en temps de crise ! Si la nouvelle grande dépression nous guette, il n'en est pas moins nécessaire de faire preuve d'humanité et de faire le choix de l'amour et non des paillettes et du paraitre, c'est la morale de ce film émouvant et drôle.
Entre un amant patron de cabaret et propriétaire de son appatement de luxe, un jeune producteur de comédies musicales fils à papa et un pianiste new yorkais qui la connait vraiment et l'aime pour ce qu'elle est, le coeur de Délysia balance tout au long du film. C'est Guinevere, soit disant dotée d'un pouvoir magique sur les homme (l'honneteté, la gentillesse et la droiture érigées en pouvoir magique dans une société du spectacle!) qui va l'aider à se prononcer, sur fond de mesquinerie et de jalousie de ses rivales.
Miss Pettigrew, fille de pasteur, peu intéressée par le monde de la mode récoltera elle aussi les fruits de sa gentillesse après quelques scènes d'humour britanique qui nous font rire à ses dépends sans méchanceté. D'ailleurs, cette Guinevere a sa place au 62 tant elle est peu habile de ses main et passionnée de cinéma (au fur et à mesure des répliques on s'apperçoit qu'elle a vu tous les films de l'époque !).

Ce film montre aussi que la société britanique d'avant la world war two n'était pas très tendre avec les femmes qui étaient contrainte à certaines bassesses pour exister dans un monde dirigé par les hommes et l'argent, spécialement dans les milieux du spectacle, du cinéma et de la haute couture. Mais est-ce que ça a vraiment changé aujourd'hui?  la vision de ces pauvres mannequins annorexiques érigées en modèles pour les femmes me laisse dubitative !

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tinalakiller 18/11/2009 14:43


pas un chef d'oeuvre mais un film sympathique et pas con du tout !


La fée Paradis 18/11/2009 15:22



Un bon film aussi : j'ai du mettre 3,5/5, ma note moyenne finalement.