Il était une fois le salariat : la fée Paradis et la CGT

Publié le par La fée Paradis

  Le Méliès a dit :

Le salariat est en crise. Chômage de masse, multiplication des statuts précaires, négociations collectives en panne, protections sociales au bord de l'explosion… difficile de savoir comment nous travaillerons demain. De 1906, date de la naissance du Ministère du travail, à 2006, ce film nous raconte un siècle d’histoire du salariat. Ces cent ans ont vu naître un droit du travail protecteur, la sécurité sociale, la retraite, les congés payés, le contrat de travail à durée indéterminée… en un mot, le salariat moderne, construit à force de combats et de transformations économiques et politiques. Mais depuis la fin des "trente glorieuses", qu’en est-il de ce statut protecteur ? C’est la question que pose ce documentaire en s’appuyant sur les témoignages de trois générations de travailleurs et les analyses de nombreux chercheurs.

Que dire de plus ?

Il s'agit d'un téléfilm de deux parties diffusées sur LCI, oups sur France 5 plutôt, en 2006 pour les 100 ans de la création du Ministère du Travail : le temps de l'espoir de 1906 à 1976, puis le temps du doute de 1976 à 2006. Ce sont des anciens qui parlent de leurs parents puis d'eux-même pour illustrer la première période et ils sont confrontés à leurs enfants et petits-enfants dans la seconde partie. Le tout est entrecoupé d'images d'archives, de commentaires du politologue spécialiste du droit du travail Jacques Le Goff, du sociologue Robert Castel, d'un chercheur au CNRS, d'un prof de SES, d'un économiste et de Bernard Maris (Antimanuel d'économie tomes 1 et 2, pour ceux qui aimeraient entendre autre chose que les analyses éclairées de Jean-Marc Syllvestre et de Christine Lagarde)... Bref ce documentaire m'a passionné et la voix off de Miou miou n'y est pas pour rien ! Il a les défauts de ses qualités : très pédagogique, beaucoup d'éléments politiques, sociologiques et économiques y sont à peine évoqués.
J'ai apprécié la diversité des personnes interrogées : ouvriers de la métallurgie, ouvriers des houillères, employés de banque, cadres commerciaux chez IBM, vendeuses des grands magasins et caissières à Carrefour, cadres de la finance, interimaires de 35 ans qui n'ont jamais eu un CDI en 20 ans ...

Dans le cadre du festival des "Utopies collectives" au Méliès, le film értait suivi d'une rencontre avec des gars de la CGT et de l'Institut d'Histoire Sociale de la CGT. Je pense qu'à part Dudule, la Mum et moi-même les seuls participants à ce débat étaient des militants actifsretraités de la CGT. Les animateurs du débat : un boss de la CGT locale déjà apperçu plusieurs fois et un militant plus policé chercheur à l'Institut d'Histoire Sociale.
Ah si, un anarchiste a évoqué l'idée de supression du salariat souhaité au début du 20° siècle par l'honnorable institution!
Un peu lassée par les discours identiques de tous les participants sur l'individualisme, les actionnaires, les délocalisations et les salaires des patrons, la peur du chomage, la pression des intérimaires (tout ceci est vrai mais le diagnostic est fait depuis longtemps), j'ai posé deux questions aux animateurs :
- protection sociale fondée sur le productivisme en période de crise écologique
- les travailleurs du monde entier qui souhaitent nos délocalisations
Le militant m'a répondu que l'écologie c'est pour les nantis mais que les Comités Hygiène et Sécurité sont quand même une avancée. Le chercheur a joué la carte de la provocation en parlant de partage du travail et de la fin de la société de consommation ... Discours apparament peu en vogue à la CGT .... En tout cas tous s'accordent à dire qu'il faut organiser la lutte à l'échelle internationale.
C'est dans ce genre de situation qu'on comprend pourquoi les syndicats et partis, sclérosés dans leurs pensées uniques et leurs élites ont du mal à mobiliser les jeunes, même les plus intéressés par les questions de société...

Hier soir il a beaucoup été question du mouvement du 29 janvier dernier et du 19 mars prochain. Malgré nos divergeances, il y a en ce moment une cible commune qui s'attache à démenteler la sécu et le code du travail et à monter les gens les uns contre les autres pour en faire profiter ses amis alors si je ne suis pas à coté de ces militants, sous le drapeau rouge, dans le cortège, je ne serai pas loin !

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Forest Gump 04/03/2009 14:02

Rectifcation très importante: mon temps était de 00:59:36.Ceci est essentiel à soulever compte tenu que pour certains coureurs rencontrés sur la ligne de départ l'objectif ultime était de passé sous l'heure

Fée Paradis 04/03/2009 10:15

Je me suis trompée. The Wresthler passe au Méliès. J'ai vu la Bande Annonce hier soir et il a ll'air effectivement trés bien. J'irai le voir assez vite. Compte rendu des givrés de la plaine de Nay : Dudule et le Petit Poucet ont fait le parcours en 1h, ce qui est très honorable pour une reprise sans entrainement hivernal ! A méditer pour les paresseuses du 62 !

Anticorps du Petit Poucet 27/02/2009 19:28

Rien à voir avec l'article ci-dessus que je n'ai d'ailleurs pas lu -trop long pour le Petit Poucet que je suis-, mais je vous conseille à tous/toutes "THE WRESTLER" film à l'affiche.

La fée Paradis 28/02/2009 20:06


Je ne pense pas que ça passe au Méliès en ce moment mais c'est noté ! Bonne chance pour les givrés de la plaine de Nay demain matin ainsi qu'au camarade Dudule !