Fermeture du Jean Vigo à Bordeaux

Publié le par La fée Paradis

Quelle ne fut pas ma stupeur en entendant hier soir à la radio (4h de route!) que le cinéma d'art et essai Jean Vigo avait fermé à Bordeaux ! Tout d'abord incrédule, j'ai bien du me rendre à l'évidence : il a fermé ses portes certainement définitivement le 31 décembre 2008 !

L'ancien ciné club de l'université de Bordeaux était situé dans une vieille salle de théatre, entre la place Gambetta, le Grand Théâtre, le cours de l'Intendance et le Marché des Grand Hommes, c'est-à-dire en plein coeur du fameux triangle bordelais, centre chic et grand bourgeois de la ville. Son emplacement devait certainement intéresser des promoteurs immobiliers et enseignes de luxe prêt à payer un loyer ou un prix bien plus élevé que cette petite association aidée par les subventions municipales ! On aura certainement un magasin Chattawak ou une agence immobilière à la place ...

Le Jean Vigo était composé d'une seule salle, mais quelle salle ! C'est du premier rang du  balcon que j'ai pu voir sur grand écran une partie des plus beaux films de ma vie pendant les cinq années étudiantes que j'ai passé à Bordeaux! Entre séries de rétrospécives, cinétranges le vendredi soir et diffusion de films récents qui n'étaient distribués nulle part ailleurs (pas même à Utopia), j'ai pu voir Matador, Nationale 7, Crash, L'an 01, Gipsy Caravan, ... Et j'en oublie beaucoup !

Cette salle a certainement subi de plein fouet la concurrence d'autres salles Art et Essai sur le territoire de la communauté urbaine (Utopia à Bordeaux et Jean Eustache à Pessac) et des salles pseudo Art et Essai de l'UGC situé juste à coté (films d'auteurs grand publics en VOSTF). C'est vrai qu'il n'y avait qu'une seule salle, que les films ne passaient pas souvent et ne restaient qu'une semaine à l'affiche, le mobilier et les murs devaient être obsolès (je n'y suis pas retourné depuis mars 2007) et surtout ça devait couter cher à la municipalité qui préfère sans doute financer les concerts de Johnny Halliday (sombre affaire en 2004 ou 2005)...

Mais est-ce qu'une tentative de ravalement de façade, de marketing et de ciblage des choix cinématographiques (rétrospéctives de vieux films de manière thématique uniquement) n'aurait pas pu sauver le Jean Vigo ? Est-ce que quelqu'un à la mairie ou à la CUB s'est intéressé à cette question ? Il y avait certainement trop d'enjeux financiers et immobiliers au coeur du triangle bordelais pour se préoccuper d'un sujet aussi peu rentable que ce cinéma non dédié à la consommation de masse ....

Mais il reste toujours l'UGC sur la place Gambetta. Quoi ! Vous n'avez toujours pas votre carte ?!!!!?

Publié dans Coup de sang

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article